L’éducation biocentrique dans le monde

   Alors que l’éducation biocentrique n’en est qu’à ses prémisses en France (puisque le premier centre de formation a ouvert en 2009 à Nantes), elle « est dispensée au Brésil en université, elle est implantée dans les écoles, les centres de réinsertion sociale en Amérique Latine. Elle est soutenue et financée par les collectivités, les institutions et le gouvernement (…) Des centaines d’animateurs biocentriques y exercent, participant concrètement à des actions de remédiation, à une humanitude et à la construction d’une démarche éducative plus saine, réellement respectueuse du vivant et de son devenir ».

Rolando Toro qui est à l’origine de la conceptualisation de l’éducation biocentrique, annonçait lors de l’ouverture du CEBO de Nantes, en 2009: « Les centres d’éducation biocentrique ne peuvent que se déployer car ils sont porteurs du patrimoine de l’humanité. A ce jour il y a 5 centres d’éducation biocentrique au monde et vous avez la chance d’en avoir un à Nantes, saisissez là ». Aujourd’hui, on assiste en France, à l’expansion de cette approche éducative puisqu’après trois cycles de formation donnés à Nantes dont sont sortis une centaine d’animateurs et une formation de formateurs proposée à une trentaine d’animateurs certifiés, ce ne sont pas moins de cinq centres regroupés sous l’appellation « CÉBO » qui ont ouvert entre 2015 et 2016 à Figeac, La Rochelle, Dijon, en Anjou et dans le Morbihan.

Nos amis

CEBO Pilote Nantes : www.education-biocentrique.com

CEBO La Rochelle : celavie-education.com

CEBO Figeac : www.educalavie.com

CEBO Anjou : www.oasisdes7cercles.com/education/index.html

CEBO du Soleil : www.cebodusoleil.fr

Les chercheurs référents

Rolando Toro et le principe biocentrique

chercheur2   Rolando Toro est né le 19 avril 1924 à Conception, au Chili et nous a quitté en 2010. Avant de devenir anthropologue, psychologue, professeur, musicien…, il commença sa carrière professionnelle en tant qu’enseignant. A partir des années 60, il commença à expérimenter, à faire des recherches et à poser les bases de « l’éducation sauvage », qui plus tard deviendra « l’éducation biocentrique ».
En parallèle à cela, il commença entre les années 1968 et 1973 à expérimenter un autre outil dont il est à l’origine: la Biodanza, autrefois appelée psychodanza. Ce système fut à l’époque, appliqué à l’hôpital psychiatrique de Santiago et à l’institut d’esthétique de l’université catholique du Chili. C’est ainsi qu’il commença à tester les effets de la musique, du mouvement et du groupe sur des publics atteints de troubles psychiatriques et pu commencer à développer le système Biodanza. Lire la suite…

L’éducation biocentrique, tout comme la Biodanza reposent sur un principe que Rolando a nommé « le principe biocentrique ». Ce terme signifie « la vie au centre »; c’est-à-dire qu’il situe le respect de la vie comme centre et point de départ de toutes les disciplines et comportements humains. C’est donc tout naturellement que la matière enseignée en Education Biocentrique devient la vie elle-même car pour Rolando, « la qualité de la vie ne vient pas que de la réussite sociale ou économique, mais de la connexion profonde à la vie. »
Grâce à l’éducation biocentrique, Rolando nous propose de « changer ce système, non pas à l’aide d’une idéologie, mais en rétablissant à chaque instant, dans notre vie, les conditions de nutrition de la vie. » « A travers une seule génération, le cours de l’Histoire pourrait être changé, par la transformation des rituels d’une civilisation de mort en permanente création de vie, consciente et amoureuse. »

Paolo Freire et l’éducation dialogique

chercheur3   Paolo Freire (1921-1997), pédagogue brésilien, praticien et théoricien, philosophe de l’éducation populaire et universitaire, est internationalement reconnu, en particulier pour ses travaux sur l’alphabétisation et son engagement pratique dans la lutte contre l’oppression par l’éducation, tant au Brésil que de par le monde.
Il est né dans l’une des régions les plus défavorisées du Brésil, le Nordeste, et a rapidement pris conscience de la misère et de l’exclusion sociale dont souffre une large tranche de la population. C’est ce qui l’a conduit très tôt à un engagement social au sein d’organismes syndicaux et de différentes structures auxquelles il a participé: structures universitaires, municipales, paroissiales, d’éducation populaire, etc., au sein desquelles il a peu à peu élaboré sa conception de l’alphabétisation émancipatrice du peuple. Sa première épouse, une institutrice décédée quelques années avant lui, l’avait rapidement incité à se pencher sur les questions éducatives et c’est ce qui l’occupa le reste de sa vie. Lire la suite…

En éducation biocentrique, nous nous appuyons sur la notion d’éducation dialogique qu’il a développé. Dans les formations et ateliers d’éducation biocentrique, la mission du formateur ou de l’animateur est de créer les conditions optimales pour que se libère la parole « vraie et juste » car « Face à la « culture du silence » intégrée par les opprimés, la réponse de Freire est centrée sur la notion de « dialogue », c’est à dire la parole en action, la parole authentique qui « transforme le monde » au moment où elle dit ce qui était tu. Loin du verbiage, parole sans action, à la fois aliénée et aliénante, le dialogue sincère et véritable est déjà une libération. C’est donc les conditions de ce dialogue qu’il faut rechercher et faire émerger. » (La pédagogie des opprimés de Paulo Freire N’AUTRE école / n° 12, printemps 2006) Dans les formations et ateliers d’éducation biocentrique, la mission du formateur ou de l’animateur est donc de créer les conditions optimales pour que se libère la parole « vraie et juste ».

Edgar Morin et la pensée complexe

chercheur1   Edgar Morin soutient l’éducation biocentrique et est d’ailleurs le parrain du CEBO de Nantes. Lors du 1er congrès d’éducation biocentrique français ayant eu lieu en 2011, il fut interviewé par les journalistes d’Ouest-France sur la question de ce qui l’attachait au mouvement de l’éducation biocentrique. Voici sa réponse: « L’éducation biocentrique fait appel à des notions qui me paraissent vitales comme les forces de sympathie, de communication et de communauté. Elle prône la compréhension, la fraternité. Perdus sur notre petite planète, il nous faut devenir frères et soeurs, tous citoyens de la Terre-Patrie. » Edgar Nahoum, dit Edgar Morin, né à Paris le 8 juillet 1921 est un sociologue et philosophe français. Il donne le terme « constructiviste » à sa façon de penser dans le sens où il « parle de la collaboration du monde extérieur et de notre esprit pour construire la réalité ». Lire la suite…

Rolando Toro se retrouve sur de nombreux points avec Edgar Morin, cependant l’un des éléments fondateurs de l’éducation biocentrique emprunté à ce grand homme est le concept de « pensée complexe ». Ici, le terme de « complexité » est pris au sens de son étymologie « complexus », « ce qui est tissé ensemble ». Pour Edgar Morin, « …notre enseignement, fondé sur la séparation des disciplines coupe en petits morceaux » les problèmes fondamentaux qu’il a présenté dans son livre « les 7 savoirs nécessaires à l‘éducation du futur ». « Par exemple, on n’enseigne pas la compréhension humaine, on n’enseigne pas à affronter les incertitudes alors que chacun va rencontrer dans sa vie beaucoup d’incertitudes. On n’enseigne pas les pièges et les difficultés de la connaissance. On n’enseigne pas ce que c’est d’être humain. On n’enseigne pas ce qu’est l’époque où nous vivons que j’appelle l’ère planétaire et qui s’appelle la mondialisation. Pourquoi n’enseigne-t-on pas tout cela ? Parce que pour comprendre ces problèmes, il faut prendre des éléments de connaissance dans des disciplines qui sont séparées les unes des autres. » La pensée complexe exprime une forme de pensée acceptant les imbrications de chaque domaine de la pensée et la transdisciplinarité.
ascenseur